Présidentielle du 11 avril 2021

Pourquoi le candidat suscité par l’Alliance PNE n’a pas déposé sa candidature ?

Le Bénin se prépare à organiser sa 7eme élection présidentielle de l’ère du renouveau démocratique. Si la régularité est de mise, le contexte  politique a changé depuis 2019 surtout avec l’apparition dans le firmament électoral, de scrutins exclusifs qui voient tous les partis et candidats indépendants se réclamant de l’opposition écartés. C’était le cas en 2019 avec les élections législatives, une mascarade aux communales et municipales de 2020 et l’annonce d’un autre leurre pour la présidentielle qui s’annonce. Aussi, ne voulant pas se faire ridiculiser, le candidat suscité par l’Alliance patriotique nouvel espoir (Alliance PNE) a fait le choix souverain de ne pas  y prendre part.

Le 11 avril 2021, plus de cinq (05) millions de béninois soit environ la moitié de la population est attendue pour accomplir le devoir civique. Celui de se rendre aux urnes pour choisir le Président qui va diriger le Bénin durant le quinquennat 2021-2026. Sur les 20 dossiers de candidatures déposés et parmi lesquels n’a pas figuré le dossier du candidat suscité par l’Alliance PNE, seuls trois duos ont été validés. Trois duos voulus et sélectionnés par Talon et ses partisans pour un match amical. 17 dossiers étant écartés d’emblée. Le reproche principal qui leur est fait est évidemment l’absence de parrains. Comment pouvait-il en être autrement si on s’en tient aux déballages qui se font depuis quelques jours et qui voient des partis de l’opposition exclamés leur colère face au refus de parrainage qu’ils ont essuyés ? Pour rappel, 16 parrainages suffisent pour la validation d’un dossier si autre chose ne lui est pas reproché. Sur la question des parrainages, l’Alliance PNE, dans son message du 08 février 2021 au peuple béninois disait  : « D’après les premières informations qui ont fuité de la CENA, le duo TALON-CHABI TALATA aurait recueilli cent dix-huit (118) parrainages, le duo SOUMANOU DJIMBA-HOUNKPE vingt-et-un (21) parrainages et le duo AGOSSA-KOHOUE, vingt (20). Total cent cinquante-neuf (159). Chiffre qui correspond rigoureusement au nombre actuel des Députés (82) et Maires (77). Un Député vient de nous quitter. Paix à son âme. Ils sont désormais quatre-vingt-un (81). Où les candidats sans parrainage iront-ils trouver les formulaires obligatoires pour compléter les pièces obligatoires constitutives de leur dossier ? » Un exposé clair avec des interrogations sans réponse dans les faits en présence…

 

Face à cet état de chose, l’Alliance PNE fait observer que la voie à suivre pour obtenir le sésame était déjà assez claire :  « ils vont négocier auprès du Président, candidat à sa propre succession, de leur céder les formulaires en sa possession puisqu’il a besoin seulement de seize (16) au lieu de 118. Il dispose de cent deux (102) formulaires de trop pour acheter au moins six (06) supposés duos de candidats qui vont servir de faire valoir à la thèse d’un processus inclusif qui est bien entendu exclusif à cent pour cent ».

L’absence du candidat suscité par l’Alliance PNE à la CENA en question…

L’Alliance PNE n’est pas un parti politique mais un regroupement de partis, associations, mouvements, organisations et personnalités se réclamant de l’opposition politique ayant opté pour le soutien à une candidature indépendante en la personne de Son Excellence Monsieur le ministre des affaires étrangères Rogatien Biaou. A ce titre, il remplit toutes les conditions lui permettant de déposer sa candidature. Cependant, il a fait le choix de ne pas se présenter.  Tirant leçons des stratégies mises en œuvre au grand dam de la communauté internationale et de la CEDEAO pour organiser des législatives exclusives en avril 2019, tirant les leçons de celles ayant donné caution aux communales en mai 2020, l’Alliance PNE et son candidat ont compris que c’était la politique du tout ou rien et que la compétition se joue sans compétiteurs. Aussi, n’a-t-il pas cru ce semblant d’ouverture pour l’élection inclusive dont a parlé le président Talon à l’occasion de sa tournée de reddition de comptes et qui n’est rien d’autre qu’une campagne avant l’heure.

En outre, c’est s’inscrivant dans la droite ligne des exigences contenues dans le mémorandum du Groupe national de contact (GNC), que le candidat potentiel Rogatien Biaou ne s’ est pas présenté à la CENA. Pour rappel, lesdites exigences sont les suivantes :

-La mise en application des décisions de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) ;

-L’organisation des assises nationales ou d’un dialogue inclusif de tous les acteurs de la vie politique aux fins de déterminer de façon consensuelle, les modalités d’une élection pacifique et démocratique ;

-La fin du mandat du Président Patrice Talon, le 05 avril 2021 à minuit, conformément à son serment du 06 avril 2016 et le rejet d’une prorogation jusqu’au 23 mai 2021 ;

-La neutralité des Forces de l’ordre dans le processus de restauration de la démocratie ;

-L’audit de la Liste Électorale Permanente Informatisée (LEPI) ;

-Le respect des libertés fondamentales avec le retour des exilés politiques, la libération des détenus politiques, etc.

C’est donc fort de ces exigences qu’il épouse parfaitement et du passif électoral constaté en 2019 et en 2020 qu’il a jugé utile de ne pas participer au simulacre d’élection présidentielle de laquelle, une fois encore tous les partis et personnalités se réclamant de l’opposition véritable sont exclus. Et c’est pour ne pas être comptable de ce leurre électoral que l’Alliance PNE dans le message cité plus haut exhortait le peuple béninois en ces termes : « Ne tombons pas dans le piège de la duperie imaginée et mise en œuvre par les thuriféraires du régime de la rupture et du nouveau départ. Le texte règlementaire annoncé pour expliquer les modalités et conditions du parrainage n’a jamais vu le jour et ne sera pas pris parce que les tenants actuels du Pouvoir d’État n’en veulent pas. Ainsi, ils ont les mains libres pour organiser toutes sortes de mascarades et de marchandages pour brouiller les cartes et être les seuls maîtres sur l’échiquier politique national. Non ! Nous ne sommes pas dupes. » 

 

L’Alliance et son candidat réaffirment leur opposition aux dispositions du Code électoral nouveau comme celles sur le parrainage; à la Charte des Partis politiques et à la Constitution du 11 décembre 1990 nuitamment modifiée entre le 31 octobre et le 1er novembre 2019. Et c’est en toute responsabilité que l’Alliance PNE qui se réclame de l’opposition politique sérieuse et crédible, a martelé à l’occasion de son Congrès constitutif à Parakou ce samedi 30 janvier 2021 sa totale désapprobation de tous ces textes qui ne rassurent pas et ne favorise pas l’organisation d’élections crédibles, transparentes et justes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Résoudre : *
22 + 17 =


Menu